Speech of Rwanda at the 37th UNESCO General confrence



















Excellence Madame / (Monsieur) le Président de la Conférence Générale,

Mme la Présidente du Conseil Exécutif,
Mme la Directrice Générale de l’UNESCO
Messieurs les Chefs de Délégations,
Mesdames et Messieurs,

 
Comme les Orateurs qui m’ont précédé l’ont fait, je voudrais vous féliciter Mme (Mr) le Président de la Conférence Générale, de votre élection à la tête de cette 37è session. Je voudrais également transmettre à cette auguste assemblée, les salutations et les meilleurs vœux du Gouvernement et du peuple Rwandais.

Madame / (Mr) Président,

 
1. Le Rwanda a fait des progrès importants vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement au cours des deux dernières décennies, malgré les énormes difficultés rencontrées à la suite d’un génocide qui avait détruit tout le tissu social et économique du pays.


Une croissance économique soutenue (8% en moyenne annuelle), la réduction de la pauvreté (12% de points) et une réduction des inégalités de revenus ont été atteints grâce à la première Stratégie du développement économique et de Réduction de la Pauvreté (EDPRS 1) qui vient de s’achever. Son appropriation par un large éventail de parties prenantes au niveau national a été un facteur clé de succès.


Des initiatives de développement appliquant des solutions basées sur la participation active de la Communauté, tirées de la culture rwandaise, ont permis une exécution réussie de l’EDPRS Je citerais entre autres, l’Umuganda (travaux communautaires), les Gacaca (tribunaux traditionnels de vérité et de réconciliation) les Abunzi (médiateurs) et les Imihigo (contrats de performance), et j’en passe.

Ainsi, travailler en étroite collaboration avec la population, a permis d’accélérer la mise en œuvre effective de l’éducation de base de 9 ans puis de 12 ans, notamment en construisant des salles de classes.

 
La réduction durable de la pauvreté passe par une croissance généralisée dans tous les secteurs, par l’amélioration de l’utilisation des terres dans les zones rurales et l’augmentation de la productivité agricole, en réduisant progressivement l’extrême pauvreté notamment par connecter les communautés rurales aux opportunités économiques à travers l’amélioration des infrastructures.

 
Egalement, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC/(ICT) a grandement amélioré la prestation des services. Parmi les grands succès dans ce domaine nous citerons: les réformes du climat d’investissement centrées sur l’utilisation des TICs, par exemple l’enregistrement en ligne des entreprises, le dépôt en ligne des créances fiscales, l’accès à la connexion rapide d’Internet gratuit dans les espaces publics, en commençant par la ville de Kigali. Au Rwanda, l’utilisation des TICs dans les domaines divers est considérée comme un aspect important dans le développement de l’économie fondée sur la connaissance

 
2. Dans la poursuite des objectifs éducatifs du Gouvernement du Rwanda, celle des Objectifs du Millénaire pour le Développement en Education ainsi que de l’Education Pour Tous d’ici 2015, en partenariat avec les partenaires au développement, le Ministère de l’Éducation a considérablement investi dans le développement de l’accès à l’enseignement de base, obligatoire et gratuit de 9 ans qui, maintenant a été relevé à 12 ans.

 
Des réalisations considérables ont été enregistrées, l’éducation des filles est devenue une priorité, tout en réduisant le nombre d’abandons scolaires. Les Statistiques de l’éducation 2012 indiquent un taux net de scolarisation au primaire de 98% pour les filles contre 95% pour les garçons.

 
Le nombre d’élèves dans l’enseignement secondaire a également considérablement augmenté avec un taux de croissance de 26% entre 2011 et 2012. L’avenir à long terme du Rwanda sera construit sur la prochaine génération dont le développement aura un impact sur le rythme de développement au cours des 25 à 50 prochaines années.

Ainsi, la Seconde Stratégie de Développement Economique et de Réduction de la Pauvreté (EDPRS 2) tient compte de l’importance de développer les capacités physiologiques et cognitives à un stade précoce du développement de l’enfance. La vision de la politique nationale du Préscolaire est que tous les nourrissons et les jeunes enfants puissent réaliser pleinement leur potentiel de développement: mentalement, physiquement, socialement et émotionnellement.

 
Au Rwanda, aucun citoyen ne doit être laissé en arrière dans son processus de développement. À ce titre, des mesures spécifiques sont prises pour s’assurer que les personnes handicapées et autres groupes défavorisés sont en mesure de contribuer activement au développement du pays et d’en tirer profit.

 
Aussi bien le secteur privé que le secteur public sont tenus de leur assurer l’accès facile à tous les bâtiments, en commençant par ceux qui sont construits aujourd’hui. En termes d’accès à l’information, les professionnels des médias développent de nouvelles normes d’information accessibles aux personnes handicapées y compris une formation en langue des signes. Le cadre juridique et réglementaire est en cours de révision afin de s’assurer qu’il n’a pas à les discriminer alors que la Constitution dispose déjà des dispositions qui les protègent. Le nombre du personnel de l’éducation et des enseignants ayant des compétences en éducation inclusive et en besoins éducatifs spéciaux, est en augmentation ainsi que le matériel et les ressources d’apprentissage appropriées.

 
3. L’engagement du Gouvernement du Rwanda à la réalisation des Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) pour la réduction de la pauvreté, la lutte contre le VIH / SIDA et d’autres maladies, pour atteindre un environnement durable et établir un partenariat mondial pour le développement, y compris les stratégies d’emploi des jeunes, a une forte influence sur le développement de l’Enseignement et la Formation Techniques et Professionnels (EFTP/TVET). Le développement d’un système EFTP réalisable et durable est une partie importante de la réponse à ces défis.

 
La politique nationale du secteur de l’éducation et celle de la Science, de la Technologie et de l’Innovation indiquent clairement l’engagement du Gouvernement du Rwanda pour développer et améliorer l’Enseignement et la Formation Techniques et Professionnels. La mobilité horizontale et verticale entre l’Enseignement Général et EFTP et vice versa et dans le système EFPT lui-même, est essentiel pour répondre aux progrès technologiques et à la professionnalisation de la main-d’œuvre.

 
Cette mobilité est facilitée par des cours de pontage. Ces mesures visent à s’assurer que les élèves qui passent d’une filière à une autre ne sont pas désavantagés car ils entrent dans un nouveau flux. L’équivalence entre les résultats d’apprentissage acquis dans les différents flux constitue un facteur important pour assurer cette mobilité. L’Autorité nationale de l’EFTP régit les règles d’équivalence à travers son Cadre National de Qualifications. Des voies d’entrée et de sortie sont clairement conçues à tous les niveaux et programmes d’EFTP. La Politique de l’EFTP au Rwanda est une approche pluridisciplinaire et résulte des consultations et de la participation de tous les partenaires. Le Gouvernement du Rwanda reconnaît le rôle de l’éducation dans l’accélération du développement socio-économique.

 
Ainsi, une réforme de l’enseignement supérieur public est en cours. Un seul système universitaire public, équipé pour fournir un enseignement supérieur de qualité est mis en place au sein d’une institution à vocation de recherche afin de produire des diplômés de haute qualité pouvant répondre aux exigences de l’économie. L’objectif principal de créer l’Université du Rwanda (UR) est de transformer l’enseignement supérieur public pour améliorer la qualité et l’efficacité de l’enseignement et de l’apprentissage, de créer une institution d’enseignement supérieur respectant des normes internationales dans l’enseignement, la recherche et l’approche communautaire.

 
4. Dans le domaine de la Culture, notre Constitution réaffirme l’engagement du Gouvernement à protéger les pratiques traditionnelles et culturelles fondées sur la philosophie du Rwanda et la Culture en général. Dans le cadre de la protection du patrimoine culturel, le Rwanda a déjà ratifié la plupart des conventions internationales y relatives.
Notre politique prends également soin des sites mémoriaux du génocide et assure la conservation durable de toutes les preuves tangibles du génocide afin d’en faire des lieux de méditation et d’éducation sur les valeurs de paix, de tolérance, de non-violence, d’unité et de réconciliation nationale pour les générations présentes et futures.

 
Madame / (Mr) Président,

 
5. Malgré des progrès très appréciables réalisés au cours de ces 19 dernières années et dans différents domaines, d’importants défis subsistent notamment le problème de la qualité à tous les niveaux de l’éducation ainsi que du développement des compétences nécessaires et correspondantes aux opportunités offertes par le marché du travail.

 
De même, nous faisons face à un certain nombre de contraintes dans la mise en œuvre de la politique nationale d’éducation aux besoins spéciaux telles que les attitudes souvent négatives envers les personnes handicapées, la communication inappropriée, l’environnement scolaire inaccessible et parfois dangereux, le manque de matériel approprié et l’insuffisance de responsables et d’enseignants formés et qualifiés dans ce domaine. Le Rwanda accueillerait favorablement toute assistance possible qui vise à renforcer notre capacité en ressources humaines.

 
6. Je ne puis terminer sans dire un mot sur l’Année Internationale de la compréhension globale (IYGU).

 
Cette initiative de l’Union Géographique Internationale vise à approfondir la conscience du lien entre les actions locales et leurs effets positifs ou négatifs sur la durabilité à l’échelle mondiale. Cela ne pourra se faire qu’au travers la recherche scientifique, l’éducation, et l’information.

Au niveau de la recherche scientifique, la démarche et les perspectives seront transdisciplinaires. Les efforts seront concentrés sur les activités quotidiennes.

L’éducation va promouvoir par le biais de la géographie, une vision globale, montrant que les problèmes centraux de l’humanité sont le résultat des actions sociales dans la durabilité globale. IYGU encouragera chacun à prendre des décisions, au quotidien, à la lumière des effets mondiaux et aux regards de sa propre culture.

 
L’information consistera à présenter chaque jour un exemple des meilleures pratiques durables dans la différente culture de notre planète.

L’UGI et le Rwanda prient l’UNESCO d’en prendre les démarches nécessaires auprès de l’assemblée générale de l’ONU en vue de la proclamation de l’année 2016, « Année internationale de la compréhension globale ».

 
Nous exprimons ici toutes notre gratitude envers la Direction Générale, le Conseil Exécutif, le Groupe Africain et la Commission APX qui y ont consacré le temps et l’expertise afin que ce projet qui ne requière pas de financement de l’UNESCO, puisse convenir aux exigences de la Conférence Générale.

 
Penser et agir à l’échelle mondiale requièrent une intelligibilité globale. La promotion de l’intelligibilité globale est l’ultime défi que cette année internationale se propose de relever.

 
Je réitère les remerciements de mon pays à l’UNESCO pour son soutien continu et réaffirme l’engagement et la ferme détermination du Rwanda à poursuivre sa coopération avec l’UNESCO et continuer de bénéficier de son expérience dans les différents domaines de sa competence

Search Box Example 2 - default placeholder text gets cleared on click

LANGUAGE SELECTION

English  Francais


OUR PARTNERS
UNESCO HEADQUATERS
MINEDUC
MINISPOC
MYICT
REB
REMA
RDB
HEC
Higher Learning Institutions
Other National Commissions

UNESCO & RWANDA
Education  |   Science % Technologies  |   Culture Social % Human Sciences  |   communication, Information % Documentation

©BY CNRU All rights reserved.